Mboso Sampson

Mboso Sampson

Cinématographer DOP

3 Étapes Pour Ne Plus Douter De Soi…

par | Août 28, 2019 | ARTICLES, LES + CONSULTÉS, VIDÉO SOCIAL MEDIA

:: Voir le MAKING OF – Part 1 ::

T’es tu déjà dit…

« J’aimerais pouvoir faire ____»
ou ” Les gens comme moi ne peuvent pas faire ____”

Je suis passé par là et je veux partager avec toi le chemin que j’ai emprunté pour dépasser ces doutes.

Quand j’étais plus jeune, j’ai abandonné certaines choses avant même de les commencer.

Mon état d’esprit était: «Je ne suis pas né avec le don pour le faire, alors je devrais probablement faire autre chose.”

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fasciné par les créateurs: écrivains, sculpteurs, peintres, danseurs…

Transformer une inspiration qui existait dans leur esprit en quelque chose de tangible pour que les autres puissent en profiter était comme de la magie pour moi.

Mais je me sentais à l’écart de tout ça. Il ne m’est jamais venu à l’esprit que l’acte de création est un processus. C’est une compétence qui peut être nourrie et développée.

Par exemple, enfant, j’aimais dessiner. Je pensais que j’étais bon, mais mon frère était encore bien meilleur.

J’ai comparé ce qu’il faisait à ce que moi je faisais et je me suis dit: “ Bon… je ne serais probablement jamais aussi bon que lui.”

Et tout a commencé avec la compréhension que je n’avais pas besoin d’abandonner le dessin.

C’était en fait mon manque de connaissance sur la façon de faire grandir cette habileté à dessiner qui a condamné l’artiste en moi.

Au fil des ans, j’ai utilisé cet «échec» comme une occasion d’apprentissage.

J’ai canalisé cet échec et cette frustration dans mon apprentissage de la photo et de la vidéo et j’en ai tiré quelques précieuses leçons en cours de route.

Voici donc les points ci-dessous que j’ai appris en cours de route.

1. ENTOUREZ-VOUS DES ÊTRES D’EXCEPTION.

Avez-vous déjà entendu l’adage: vous devenez comme les cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps?

Ce n’est pas une phrase vide de sens, c’est en fait une loi de la nature et de la psychologie humaine qui est solide comme un roc.

Jetez un coup d’œil aux personnes qui vous entourent.
Font-ils des choses étonnantes qui élargissent votre champ de croyances?

Si ce n’est pas le cas, et si vous voulez réaliser de grandes choses dans votre vie, alors trouvez ces personnes et commencez à entretenir une relation avec elles.

Quand je me suis lancé dans la photographie, je me suis entouré de personnes partageant la même passion en partant en voyage photographique avec eux.

Quand j’ai commencé à étudier le japonais, je me suis rendu à des réunions d’échange linguistiques organisées en ligne.

J’ai rencontré des personnes qui ont appris le japonais par eux-mêmes, mais qui parlaient comme si ils étaient nés et avaient grandi là-bas. Les entendre parler a élargi ce que je considérais comme du «bon japonais»

Le monde est rempli de personnes partageant vos intérêts et tout le monde a commencé là où vous vous trouvez.

Rencontrer des personnes intéressantes, même une fois par mois, peut changer complètement votre vision de ce qu’il est possible de faire.

2. ACCEPTEZ LE FAIT QUE VOUS POUVEZ LE FAIRE AUSSI

Le point 1 ci-dessus n’a pas de sens si vous n’avez pas la conviction que vous pouvez faire la même chose.

Mon frère était un grand artiste et je l’ai vu dessiner presque tous les jours.

Alors pourquoi n’ai-je pas bénéficié de cette réelle inspiration?

Parce que je CROYAIS que l’on doit naître avec ce don.

Si vous croyez que vous ne pouvez pas le faire, l’esprit l’acceptera et s’assurera que vous ne le pourrez pas.

MAIS, si vous croyez vraiment que vous pouvez le faire, l’esprit travaillera sans relâche pour trouver les moyens de le réaliser.

▶  Prenons l’exemple bien connu du Mile en 4 minutes (1 mile = 1.60934km). C’était vraiment le Saint Graal de la réussite sportive. Pendant des années, les coureurs avaient du mal à courir 1 mile en 4 minutes ou moins.

Les gens ont commencé à penser que le corps humain n’était physiquement pas capable d’accomplir cela. C’était devenu autant une barrière psychologique que physique.

Et comme une montagne infranchissable, plus on s’approchait du record, plus cela semblait décourageant. La barrière des quatre minutes a donc duré des décennies.

Quand un jour enfin, une première personne a franchi la barre des 4 minutes pour 1 mile, quelque chose s’est passé dans l’esprit des autres athlètes.

Une fois qu’ils ont vu que cela pouvait être fait, ils l’ont fait aussi.

En 5 ans, 20 personnes avait brisé le record! Aujourd’hui, même des lycéens très entraînés courent quatre miles en 1 minute.

Le point important de cette histoire est la croyance.

Une fois que vous CROYEZ que quelque chose est possible, cela devient une réalité que vous puissiez le faire aussi.

Je pensais que tout ça c’était des histoires d’illuminés, mais je l’ai vu se répéter trop de fois dans ma vie et dans la vie des gens autour de moi pour ne pas le prendre au sérieux.

Pour que ce changement mental ait lieu, vous n’avez en fait rien à faire.
Tant que vous vous entourez des bonnes personnes, il est impossible que vos horizons ne soient PAS élargis.

3. DONNEZ-VOUS LA PERMISSION D’ESSAYER ET D’ÉCHOUER

Si vous voulez faire quelque chose d’exceptionnel, vous devez vous donner la permission d’échouer en cours de route.

Quand j’ai commencé le japonais, j’ai suivi un semestre à l’université mais j’ai abandonné après ce semestre.

Quelques années plus tard, je suis tombé sur mes vieux manuels de japonais et j’ai ressenti un profond sentiment de déception.
Si j’avais persévéré, je parlerais déjà couramment…

Ce jour là, j’ai résolu de poursuivre cette idée. J’ai continué avec l’auto-apprentissage, les échanges linguistiques et les rencontres pour discuter.

J’ai développé mon japonais au point de pouvoir travailler en tant qu’ingénieur développeur informatique au Japon et même au point de pouvoir échanger en japonais sur des projets de grande envergure à plusieurs millions de dollars.

Quand j’ai voulu voyager pour mon travail, il m’a fallu le demander sans relâches à mon patron pour qu’enfin, il me donne la possibilité de faire un voyage de rêve d’une durée de 18 mois dans le monde entier pour mon travail.

Je le voulais plus que tout, donc j’ai continué et continué mes efforts malgré les nombreuses tentatives restées sans résultat et ça a fonctionné.

J’ai créé deux entreprises avant que la troisième finalement fonctionne. Quand je n’ai pas réussi, je n’étais pas dur avec moi-même. Je savais que si d’autres personnes l’avaient fait, alors je le pouvais aussi.

J’ai juste essayé, tentative après tentative, jusqu’à ce que la sauce prenne.

Il est facile de dire «il faut accepter qu’il y ait des difficultés», mais quand on est sur le chemin, dans le moment et que l’on est accablé par la déception et le doute de soi, comment faut-il s’y prendre alors?

Pour moi, c’était aussi simple que ça: j’ai décidé à l’avance que lorsque j’échouerais, j’aurais une réponse toute prête à l’émotion négative que je ressentirais.

Pour me vacciner contre ce doute qui a fait dérailler mes projets précédents, j’utilise ces émotions négatives comme un DÉCLENCHEUR pour me rappeler ce qui est important, pour me réveiller et me faire prendre conscience que je peux le faire.

Je crois fermement que, quels que soient les défis qui se présentent, je serai à la hauteur des occasions.

Je me sers encore de ces techniques aujourd’hui. C’est maintenant un déclencheur mental automatique et je n’ai même plus besoin d’y penser.

Faites ces 3 choses et vous verrez un changement draconien s’opérer dans votre vie. 

Donnez-vous la permission d’essayer, et encore plus que cela, accordez-vous la permission d’échouer en cours de route.

Je l’ai fait et je sais que vous pouvez le faire aussi.

TU DÉMARRES AVEC LA VIDÉO FACE CAMÉRA?

Vas-y du bon pied, télécharge notre guide ici